Volkswagen cède LeasePlan

Le constructeur allemand a officialisé la cession de sa filiale de location de longue durée à un ensemble d’investisseurs internationaux pour environ 3,7 milliards d’euros.

Dans les tuyaux depuis plusieurs semaines, la vente de LeasePlan est désormais officielle. Volkswagen est parvenu à un accord pour la cession de sa coentreprise néerlandaise de location longue durée et de gestion de parcs automobiles à un consortium d’investisseurs composé de PGGM (un fonds de pension néerlandais), d’ATP (le plus grand fonds de pension danois), du fonds souverain singapourien Government Investment Corporation, de Luxinva S.A., une filiale d’Abu Dhabi Investment Authority (ADIA), du fonds Merchant Banking Division de Goldman Sachs, et du fonds d’investissement géré par TDR Capital LLP. Le montant de la transaction se situerait aux alentours de 3,7 milliards d’euros.

m-leaseplan-logo-6

Cette transaction devrait être effective d’ici la fin de cette année, sous réserve d’approbation par les autorités réglementaires et antitrust compétentes dont la Banque Centrale Européenne en concertation avec la Banque Centrale Néerlandaise.

Volkswagen était entré au capital de LeasePlan en 2004, à parts égales avec Fleet Investments BV, une société d’investissements néerlandaise appartenant au banquier allemand Friedrich von Metzler. Cependant, la présence du constructeur allemand dans cette JV était devenue problématique ces dernières années alors que le constructeur allemand avait lancé de son côté son propre service de gestion de flottes Volkswagen Financial Services. Face à l’expansion de celui-ci, « le temps est, à notre avis, maintenant venu de remettre LeasePlan à de nouveaux investisseurs », a justifié Hans Dieter Pötsch, directeur financier du groupe Volkswagen.

Pour rappel, LeasePlan est actuellement représenté dans 32 pays à travers le monde et disposerait d’un portefeuille de 1,5 million de véhicules.

 

Source: Flotauto

Vers une chutes des valeurs résiduelles des diesels ?

Attention, danger ! C’est en résumé le message que vient de faire passer la société de cotation Autovista, filiale d’EurotaxGlass’s Group.

En effet, avec des particuliers qui se tournent de plus en plus vers des modèles essence et des entreprises qui privilégient toujours autant des modèles Diesel (pour des raisons fiscales), elle estime que les valeurs résiduelles de certains modèles Diesel ont de fortes chances de baisser dans les prochaines années, les plus exposés évoluant dans le segment M1. Les valeurs résiduelles de ces derniers véhicules pourraient baisser de deux à trois points, considère Autovista. « Les véhicules Diesel plébiscités par les entreprises et les flottes pourraient avoir plus de mal à trouver preneurs sur le marché VO », explique la société de cotation.

Cette dernière estime donc que les professionnels et gestionnaires de flottes ont intérêt à procéder d’ores et déjà à une estimation du risque financier lié à cette situation. « La Peugeot 308 est achetée à 90,67% en Diesel par les professionnels contre 48,39% par les particuliers, illustre Autovista. Or, les particuliers représenteront la quasi-totalité de sa clientèle sur le marché VO. »

A noter aussi que la société de cotation estime que le risque financier est moindre, voire inexistant, au niveau des citadines et des modèles des segments supérieurs. « Offre et demande devraient s’équilibrer au niveau des citadines et les segments supérieurs ne devraient guère se trouver bouleversés », indique Autovista.

Rappelons qu’en 2014, les achats des professionnels se sont faits en Diesel à 94,4% et que la part des particuliers dans les immatriculations de VP Diesel est passée de 51,8% en 2014 à 49,8% sur les quatre premiers mois de 2015.

 

Source : Journalauto.com

Arval négocie le rachat de GE CAPITAL FLEET SERVICES en Europe

BNP Paribas s’apprête à renforcer ses positions dans l’univers de la location en longue durée de véhicules.

La banque annonce aujourd’hui la signature par sa filiale Arval d’une lettre d’intention avec GE Capital portant sur le projet d’acquisition de son activité européenne de gestion de flotte automobile, GE Capital Fleet Services.

Ce projet d’acquisition porte sur un périmètre de 160 000 véhicules répartis dans 12 pays européens, dont les trois quarts sont localisés en France (62 812 véhicules fin 2014), en Allemagne et au Royaume-Uni. Cela représente près de 2,4 milliards d’euros d’actifs au premier trimestre 2015.

La flotte gérée par Arval s’élève à ce jour à plus de 725 000 véhicules dans le monde. Avec ce possible rachat, le loueur pourrait donc en recenser près de 900 000, sans compter les actifs de ses partenaires internationaux.

« Ce projet s’inscrit dans une transaction plus globale selon laquelle Element Financial, partenaire majeur d’Arval en Amérique du Nord, devrait racheter l’activité de GE Capital Fleet Services aux États-Unis, au Mexique, en Australie et en Nouvelle-Zélande », annonce le communiqué de BNP Paribas. Arval et Element Financial sont en position de devenir les leaders mondiaux de la LLD avec une flotte de plus de 3 millions de véhicules dans une quarantaine de pays.

Ce projet d’acquisition devrait être finalisé au quatrième trimestre 2015, sous réserve de la signature des versions finales des contrats après consultation des partenaires sociaux et de l’obtention des autorisations réglementaires nécessaires.

 

Source: L’Automobile et l’Entreprise

Tesla garantit la valeur résiduelle de ses modèles

Pour contrer l’indécision qui plane sur le marché des véhicules d’occasion électriques en France, Tesla veut garantir une valeur de reprise aux spécialistes de la LLD en France.

Quelques mois après le lancement de la garantie de valeur de reprise pour sa Model S auprès des particuliers (uniquement dans le cas d’un financement par crédit ou en LOA), Tesla annonce le déploiement progressif d’un programme appelé Garantie Buyback auprès des spécialistes de la LLD dans l’Hexagone. Le principe : le constructeur assure aux loueurs un tarif de reprise à une valeur résiduelle fixée à l’avance, pérennisant ainsi un marché des VO électriques encore balbutiant.

Pour ce faire, Tesla proposera un tarif de reprise en se basant sur la valeur résiduelle de la Model S louée après 36 mois et 75 000 km. Un tarif que le constructeur estime à environ 48 % du prix du modèle de base. Ce chiffre est calculé à partir d’un panier représentatif des meilleures valeurs résiduelles offertes sur le marché des berlines premium.

 

Source: Flotauto